Visite d’un élevage de cônes marins pour la recherche médicale.

0
2360

Depuis des mois j’ai des questions sur cet élevage dans lequel je m’investis. Il est temps de partager un peu. Je dis bien un peu car vous comprendrez bien que de nombreux points doivent rester secrets. Je ne vous donnerais pas par exemple les espèces présentes. Tout comme le détail de comment le venin est récolté. Si vous vouliez savoir je suis navré de vous décevoir. Les toxines je trouve ce domaine très intéressant et il y en a beaucoup dans le règne marin comme la palytoxine ou certains extraits sont en cours d’essais thérapeutiques.

Les cônes marins

Cône marin

Les Cônes marins sont des gastéropodes, (des escargots de mer) appartenant au genre Conus de la famille taxonomique des Conidae. Comme leur nom l’indique, ils possèdent une coquille conique dont l’ornementation riche et variée en motifs et en couleurs est très recherchée des collectionneurs depuis de nombreux siècles.
Les cônes marins vivent principalement dans les eaux tropicales peu profondes de la région indo-pacifique, souvent associées aux récifs coralliens. Les cônes sont également présents dans l’Atlantique tropical et le long des côtes africaines de l’Atlantique. Quelques rares espèces de cônes ont aussi été décrites dans les eaux plus tempérées de l’Atlantique nord.

Un Escargot prédateur ?

Les cônes marins sont tous des prédateurs carnivores qui peuvent être classés en trois catégories suivant leur régime alimentaire. Les cônes vermivores (se nourrissent de vers), malacophages (se nourrissent de mollusques) , piscivores (qui se nourrissent de poissons).
Ces cônes marins immobilisent et tuent leurs proies, poissons, mollusques ou vers, à l’aide de venins. Chaque année il y a des morts parmi les pêcheurs a cause de ces animaux. Les pêcheurs les capturent car la coquille est belle et a une valeur marchande à la vente mais aussi pour faire de la soupe avec le gastéropode. C’est un repas traditionnel.

Les venins de cônes marins

L’extraordinaire diversité et toxicité de ces venins leur confère une très grande valeur pharmacologique. Nous comptons dessus pour des traitements de pathologies aussi variées que le diabète, les neuropathies dégénératives, l’épilepsie, les cardiopathies, ou encore les douleurs chroniques sévères réfractaires aux opioïdes.
Le potentiel pharmacologique et thérapeutique des conopeptides repose non seulement sur leur incroyable diversité mais surtout sur leur efficacité et leur très grande sélectivité vis-à-vis de leurs cibles ainsi que sur la très grande diversité de leurs cibles moléculaires.

Comment je suis rentré dans ce projet

Ma voiture lors d’un import

L’idée folle de cet élevage n’est pas de moi. Un jour un amis rencontré en formation de sous officier de sapeurs pompiers volontaires m’a appelé. Il savait que je maintenais un aquarium marin et avait besoin d’infos. J’ai dis que c’est une folie mais que c’était super (pour faire simple vous connaissez mon enthousiasme). C’est comme cela que je me suis mis en recherche de toute la littérature possible sur ces animaux.

Historique du projet

Il est toujours intéressant de voir la progression dans le temps d’un tel projet.

  • 2016 : balbutiement de l’idée dans certaines têtes.
  • 2017 : autorisation d’ouverture, première personne capacitaire et ouverture de la société en décembre après avoir réuni 17 personnes pretes a s’impliquer physiquement et financièrement.
  • 2018 : premiers imports et prélèvements. De nombreux contacts pour des clients, chercheurs, et premiers retours de tests.
  • 2019 : une vidéo 🙂 et bien plus à venir.

Pour ceux qui se posent la question, un tel projet représente un investissement colossal en argent et en temps.

J’ai passé un certificat de capacité élevage pour ces gastéropodes.

La législation française impose à toute personne s’occupant d’animaux, à titre professionnel (donc dans une entreprise que ce soit lucratif ou non), de détenir un certificat de capacité animalier. Le certificat de capacité animalier, est une autorisation administrative officielle qui permet d’exercer, en toute légalité, le métier en lien avec les animaux. Ce document atteste que la personne qui garde et s’occupe de ces animaux possède les connaissances nécessaires et techniques nécessaires pour exercer. Le certificat de capacité mentionne les espèces d’animaux et le type d’activité pour lequel il est accordé.

L’installation d’élevage

Je vais faire ici un descriptif des installations. Les installations sont en 2 parties. Vous l’avez vu en vidéo une grande partie a été tournée en dehors du laboratoire. Dans cette zone de service nous faisons tout ce qui ne représente aucun danger.

  • Stockage de matériel
  • Préparation d’eau osmosée
  • Préparation d’eau de mer
  • Elevage de nourriture en eau douce

Tous les animaux marins et les animaux dangereux sont dans le laboratoire. Composé de 24 bacs de environ 250 Litres. C’est dans cette zone aussi que le prélèvement de venin est effectué.
Dans de nombreuses actions les matériels et méthodes utilisés sont loin du matériel classique aquariophile. On va par exemple tester différemment, créer plus d’eau osmosée. Avoir des équilibres physico-chimiques très différents des aquariums récifaux. Le sable étant très important pour ces animaux, il y a un partis pris d’avoir un sable très vivant dans tous les aquariums, nous sommes loin de la stérilité médicale. La micro faune est très importante. Tout comme dans chaque bacs il y a des algues pour retirer les nutriments.

Comment le venin est il prélevé ?

Le venin est prélevé de façon non intrusive et sans contrainte. Ce qui signifie que si le gastéropode ne souhaite pas piquer nous ne le forçons pas. Cette méthode est innovante car il existe une autre façon de prélever le venin. La dissection. Forcément cette méthode est plus simple mais l’animal n’y survit pas. Dans notre cas un animal peut produire du venin de nombreuses fois.
Les outils n’étant pas disponibles dans le commerce (ohh c’est étonnant) l’impression 3D permet de produire nos outils spécifiques.

Mais cela veut dire qu’on va avoir des médicaments a base de venin ?

Oui et non … Je vais expliquer un peu de façon simplifié comment cela se passe. Un venin brut est composé de centaines d’éléments. On va chercher les quels sont intéressants et agissent. Une fois ces éléments mis en évidence ils sont reproduits de façon industrielle. Cela sans aucun prélèvement ensuite sur les animaux. Cela permet de limiter grandement l’impact des prélèvements sur la population sauvage.
On a donc une molécule artificielle basée sur une molécule naturelle issue d’un venin.

Head of Aquaculture Department ? Tu fais quoi ?

Sur ce sujet je vais casser certains mythes. Je ne suis pas salarié. La structure ne pourrait pas payer pour un aquariologue aujourd’hui. Je m’y investis donc gracieusement. Je fais beaucoup de recherches documentaires, je contrôle les installations, résous les soucis de chimie de l’eau, …
Certaines de ces recherches sont utiles a l’aquariophile et je les partage alors ici sous forme d’articles mais souvent c’est a 1000 lieux de ce que nous pratiquons dans nos récifs captifs.
Un exemple d’outil utilisable dans les 2 mondes est le tableau de suivi des paramètres que vous retrouvez dans l’article sur les paramètres de l’eau de mer.

Et la suite ?

Aujourd’hui la recherche débute et il est impossible de prédire combien de temps il faudra pour qu’un médicament efficace arrive sur le marché. Ce sera très certainement long. Mais en attendant nous avançons aussi sur la connaissance des cônes marins.

Valorisation des produits secondaires.

Un élevage comme celui ci produit des choses qui ne sont pas l’objectif premier. Par exemple des coquilles de strombus qui ont servi de repas, il peuvent servir pour vos BH par exemple. Cela est encore a l’étude.

Conclusion

Je vous ai emmené avec moi dans cet élevage unique en Europe, j’espère que cela vous a plus. On est hors des saintiers battus du récifal mais pile dans l’aquariophilie. J’espère avoir pus partager ici avec vous tout mon enthousiasme sur ce projet dans lequel je prend beaucoup de plaisir. Si vous êtes chercheur, que vous avez un intérêt pour ces toxines et n’avez pas entendu parler de ce projet n’hésitez pas à me contacter.

Liens :

Site de Domiconus