Palytoxines, ces poisons de nos aquariums

0
3600

Les palytoxines sont répandues dans nos aquariums et particulièrement dans nos fleurs du mal en aquariophilie marines, les zoanthus. Cet article est un peu complexe sur certains chapitres, c’est intentionnel pour que en cas de souci si vous suspectez une intoxication, un professionnel y trouve des pistes pour vous aider. Bien sûr, tout cela est perfectible.

Si vous aimez pardessu tout les Zoanthus vous verrez ici les risques. pour la maintenance je vous ai écris un Guide de maintenance des Zoanthus (Guide pour les débutants et expérimentés)

Introduction

Les maladies associées aux toxines marines sont loin d’être un phénomène nouveau puisqu’elles sont mentionnées dans la Bible. Pendant longtemps, les effets nocifs sur la santé humaine associés à des produits marins représentaient un problème localisé à la côte. Cependant, avec le déplacement des populations marines vers les zones non côtières, les facteurs de risque d’empoisonnement par les ressources marines se sont accrus dans plusieurs communautés dont les aquariophiles font partis.
Autant prendre par conséquent un peu de temps pour en parler calmement, démystifier et faire de la prévention.

C’est quoi la palytoxine

zoanthus
zoanthus

Si vous n’avez jamais entendu parler de palytoxine, vous devez savoir que c’est une substance très dangereuse trouvée dans certains polypes de récifs ornementaux: lisez la suite pour savoir a quel point cette toxine est dangereuse. Il est toujours mieux de savoir avant que d’être désolé après.

Moore et Scheuer, (les scientifiques qui l’ont découvert) ont signalé que la LD50 (point de toxicité ou 50% d’une population décède) était d’environ 15 nanogrammes par kilogramme chez la souris. Une une dose de 100 nanogrammes par kilogramme est fatale chez les humains. P. toxica et est actuellement considérée comme l’une des substances naturelles les plus toxiques connues de l’homme et, par coïncidence, les zoanthides sont parmi les invertébrés marins les plus fréquents et maintenus par de nombreux aquariophiles récifaux. Il faut qu’ils procèdent avec précautions lorsqu’ils manipulent des invertébrés marins. Bien que les empoisonnements soient rares, ils ne sont pas impossibles.

Propriétés de la palytoxine

La palytoxine est une molécule assez grande qui, depuis sa découverte, a été artificiellement synthétisée par deux groupes distincts de scientifiques (Kishi, 1989). Lorsqu’il est isolé et sec, il s’agit d’un solide blanc amorphe qui est soluble dans l’eau. Si administré à la bonne dose chez la souris, il peut tuer en quelques minutes (Je n’ai pas trouvé de données sur l’homme précises mais théoriquement, une quantité à peine visible de palytoxine isolée suffit à tuer un homme moyen.). Le composé a également été noté comme ayant une durée de vie libre de 55 à 85 minutes, indiquant qu’il se dégrade dans certaines circonstances. Gardez à l’esprit, bien que cette durée de vie semble courte, une fois dans le corps, la palytoxine n’a pas besoin de beaucoup de temps pour faire effet.

Toxicocinétique

La structure complexe de ce composé, ayant une formule moléculaire de C129H223N3O54, attaque les pompes Na / K (sodium / potassium) de la plupart des cellules animales. Il peut entrer dans le corps à travers des des coupures dans la peau, par ingestion ou injection, ….
En dehors de l’ingestion délibérée du mucus excrété à partir d’un spécimen de Palythoa. Ou les polypes eux-mêmes, toute personne manipulant des zoanthides court le risque de récupérer inconsciemment cette ou éventuellement d’autres toxines sur ses mains, surtout après avoir touché un spécimen longuement ou récemment fragmenté / bouturé. Comme mentionné précédemment, il peut entrer facilement à travers des coupes dans la peau, et peut également se manifester comme une éruption cutanée sur la peau.
Une fois dans le corps, le composé peut traverser la circulation sanguine et peut attaquer les cellules à volonté.

Mécanisme d’action

œil ayant subit de la palytoxine
œil ayant subit de la palytoxine

Pour faire simple ce vasoconstricteur agit sur les pompes Na / K détruisant complètement le gradient d’ions dont dépendent les cellules. Ceci est inévitablement ce qui conduit à la mort cellulaire du tissu cardiaque, ce qui tue la victime rapidement. La destruction du tissu cardiaque entraîne une perte de sang et d’oxygène dans le reste du corps, et la mort survient essentiellement par suffocation.
C’est bien sur ici un cas d’intoxication extrême. On ne le souhaite a personne et les aquariophiles en général n’atteignent pas ces fins funestes.

Traitement contre la palytoxine ?

Bien qu’il ait été suggéré qu’un vasodilatateur peut être un traitement efficace s’il est immédiatement injecté dans le ventricule cardiaque, la fiabilité de ce traitement n’est pas bonne, pour une action tardive, d’autant plus que l’intoxication avec cette toxine est rarement connue avant l’analyse post-mortem (bref trop tard). En règle générale, un individu souffrant d’une intoxication sévère à la palytoxine ne serait pas reconnu comme tel par les urgences dans un laps de temps assez court pour administrer ce type de traitement. Il faut également garder à l’esprit que les études mentionnées précédemment impliquent une forme de palytoxine purifiée chimiquement et que ce qui est présent dans le mucus de ces zoanthides n’est pas aussi concentré, mais toujours dangereux.
Bien sûr, le meilleur traitement est la prévention. Les récifalistes qui manipulent des invertébrés marins doivent faire preuve d’une grande prudence et les gants sont fortement recommandés pour les zoanthides et les coraux, que le spécimen soit dangereux ou non. Les outils, comme une paire de pinces, sont encore meilleurs pour le déplacement et la manipulation des spécimens. Et bien que la palytoxine ne soit pas présente dans tous les zoanthides, diverses histoires rapportent des réactions cunanées, d’autant plus que les réponse allergique varient d’une personne à l’autre. Pire encore, on pense que la palytoxine est cancérogène chez l’homme, agissant comme un promoteur de la peau tumorale (Wattenberg, 2006), une autre bonne raison de porter des gants!

Origine

Il est intéressant de noter que l’origine de la palytoxine n’est pas encore certaine. Depuis sa découverte, il est supposé qu’il est produit par les zoanthides eux-mêmes, mais il a été spéculé que les zoanthides sont simplement dans la chaîne de la biomagnification et que la toxine est faite par un dinoflagellé connu sous le nom d’Ostreopsis siamensis. En collectant la toxine, les zoanthides peuvent la concentrer pour d’autres utilisations comme la défense. Cela ne semble pas du tout surprenant, compte tenu de la relation symbiotique entre de nombreux coraux et la zooxanthelle photosynthétisante dont ils dépendent. En outre, alors que cette toxine était supposée être extrêmement rare, se trouvant dans un seul endroit dans le monde, elle a depuis été trouvée dans de nombreux endroits
Heureusement, pour les aquariums qui pourrait potentiellement abriter des espèces dangereuses de Palythoa, l’ingestion accidentelle semble être la forme la moins toxique d’administration de la toxine, et l’entrée à travers la peau n’est pas aussi toxique que l’entrée directement dans la circulation sanguine, ce qui est la forme la plus probable d’intoxication.

Prévenir

œil ayant subit de la palytoxine
œil ayant subit de la palytoxine

En ce qui concerne l’empoisonnement par la palytoxine, nous devrions comprendre que la prudence est nécessaire autour des zoanthides, quelle que soit la présence ou l’absence de cette toxine. Ne les manipulez pas avec des coupures ouvertes, et toujours lavez vos mains après les avoir touché. Le fait de porter des gants est un moyen encore plus simple d’éviter les problèmes d’intoxication, les lunettes de vue ou les lunettes de protection lors de la coupe de frags est plus que recommandée. Et si vous pensez avoir une sorte de réaction allergique, consultez votre médecin. Bien que la plupart des récifs captifs ne favorisent pas la production de palytoxine, à moins qu’il ne soit un taxonomiste ou un biologiste marin, il est peut-être presque impossible de le savoir avec certitude si la réaction vient de cette toxine.
Parlez de ce risque a vos proches pour qu’ils puissent au besoin avertir le corps médical.
Je ne vous encourage pas a en tester la toxicité et ce même si votre belle mère est par moment pénible.

Les centres anti poisons français ons fait les comptes

Retrouvez ici une étude menée en France sur la palytoxine de 2000 à 2017. On y observe de nombreux cas. Je vous souhaite bonne lercture.

http://www.centres-antipoison.net/cctv/CCTV_Rapport_Palytoxine_Vf.pdf

 

Livres

Ces liens affiliés permettent de soutenir l’aventure Mr Recif Captif

Aller plus loin :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Palytoxine
http://www.coralbiome.com/fr/2011/11/palytoxine-danger/
http://www.tfhmagazine.com/details/articles/aquarium-science-palytoxin-and-you-how-and-why-to-avoid-a-deadly-zoanthid-toxin.htm
http://lerecifdubelon.com/la-palytoxines-des-zoanthus/
https://reefbuilders.com/2015/08/26/palytoxin-dangerous/
http://www.advancedaquarist.com/blog/personal-experiences-with-palytoxin-poisoning-almost-killed-myself-wife-and-dogs