Le biologiste redonne vie à la barrière de corail d’Indonésie, une épopée de résurrection et de rédemption

0
410
Recif du listembourg

Le biologiste extraordinaire Syafyudin Yusuf, véritable héros des profondeurs marines, nous transporte dans un récit envoûtant de vingt années de résurrection épique de la barrière de corail dans l’archipel de Spermonde, en Indonésie. Telle une symphonie des océans, il nous révèle le secret de sa réussite, fruit d’une collaboration inestimable avec les pêcheurs locaux.

À l’âge de 54 ans, Syafyudin Yusuf nous enseigne qu’aucune transformation n’est impossible. Pendant deux décennies, il s’est immergé dans l’archipel de Spermonde, un joyau de 120 îles protégées par une barrière de corail immense. Hélas, cette barrière se languissait dans un état de convalescence, car les coraux y avaient presque disparu, victimes de trente années de braconnage impitoyable. Dans les années 1980, poussés par la demande croissante de poissons exotiques et aveuglés par les opportunités d’un marché florissant, de nombreux pêcheurs locaux s’adonnèrent à une pratique explosive : la pêche à la dynamite. Cette technique barbare consistait tout simplement à lancer des bâtons de TNT dans les récifs, forçant ainsi les poissons à fuir leur refuge. Une pratique dévastatrice qui s’est répandue comme une traînée de poudre, transformant ce merveilleux écosystème, grouillant de vie multicolore, en un véritable cimetière sous-marin.

C’est dans cet état de désolation extrême que le biologiste marin a découvert la barrière de corail lorsqu’il s’est lancé dans son étude. Il a alors entrepris un voyage héroïque en plusieurs étapes : observer, diagnostiquer, publier ses résultats, puis dépasser le simple constat pour passer à l’action, chercher une solution pour restaurer ce qui pouvait encore l’être. Et pour accomplir cette quête titanesque, il a décidé de se rapprocher des braconniers, de les engager activement. “Je me suis immergé dans leurs vies”, confie-t-il avec passion à l’agence Reuters, “j’ai partagé leur quotidien, j’ai pénétré leur cercle sacré.”

Il a alors touché les esprits et les consciences de ces hommes qui, poussés par le désir de gagner leur vie, se résignaient à piller leurs propres ressources pour les vendre sur les marchés florissants des produits exotiques. L’explosif s’était imposé comme la solution miraculeuse pour pêcher davantage, jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien, ni pour les marchés étrangers, ni pour nourrir les estomacs locaux. Le biologiste leur a alors offert une proposition inattendue : devenir les gardiens et les bâtisseurs de la barrière de corail à ses côtés.

Quelques-uns ont dit oui, et le reste a suivi, comprenant que leur intérêt suprême, le retour des poissons, dépendait de la restauration des coraux. La technique était affaire de

patience : cultiver des pousses de corail dans des aquariums avant de les replanter dans le lagon. Et miracle, cela a fonctionné !

Aujourd’hui, Syafyudin Yusuf peut être fier d’avoir insufflé une nouvelle vie à plus de onze hectares de récifs. Il affirme humblement que c’est une réussite modeste, mais il nous rappelle que rien n’est impossible, à condition de toucher les esprits et les consciences. La nature, quant à elle, reprend rapidement ses droits. À condition que nous lui en laissions l’opportunité.

Source : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/l-etoile-du-jour/indonesie-un-biologiste-marin-convainc-les-braconniers-des-coraux-d-en-devenir-les-protecteurs-et-fait-repousser-onze-hectares-de-recif_5861927.html