C’est quoi un corail ?

0
4064
Corail cerveau dans les maldives
Corail cerveau dans les maldives

Je me suis demandé il y a peu comment expliquer ce qu’est un corail pour l’expliquer. Ce n’est pas toujours très clair. Alors je me suis mis à chercher des sources et définitions. Autant dire que passé les évidences, il est difficile de faire une définition générale mais aussi une définition particulière. Je vais donc essayer de vous expliquer ici ce qu’est un corail.

Définitions

Définition du corail du dictionnaire

Le corail est constitué d’un squelette calcaire ou corné, produit par des polypes anthozoaires ou rarement des polyploïdes hydrozoaires. Pour faire simple, c’est une colonie de polypes avec ses membranes et son squelette.

La définition en zoologie

C’est un animal des mers chaudes (il en existe aussi en mer moins chaude mais on va rester sur les coraux de nos aquariums) vivant en colonies. Son squelette calcaire, associé à celui de nombreux autres, forme un récif sous-marin.

On a défini et c’est vague

Ça tombe bien pour un animal marin me direz vous, d’être vague. Alors on va un peu reprendre les bases.

Ou se trouvent les récifs ?

Carte des récifs
Carte des récifs

Les coraux se trouvent à travers tous les océan du monde, dans les eaux peu profondes et profondes, mais les coraux dits constructeurs de récifs ne se trouvent que dans les eaux tropicales et subtropicales peu profondes. En effet, les algues présentes dans leurs tissus ( zooxhantelles ) ont besoin de lumière pour la photosynthèse et préfèrent des températures d’eau comprises entre 22 et 29 ° C (70 et 85 ° F).

Il y a aussi des coraux d’eau profonde qui prospèrent dans l’eau froide et sombre à des profondeurs pouvant atteindre 6000 mètres. Les coraux durs et les coraux mous peuvent être trouvés dans les mers profondes. Les coraux des grands fonds n’ont pas les mêmes algues et n’ont pas besoin de lumière du soleil ou d’eau chaude pour survivre, mais ils poussent aussi très lentement. Un endroit intéressant pour les trouver est sur les sommets sous-marins appelés les monts sous-marins.

Principales régions du développement des récifs coralliens

À l’échelle mondiale, trois grandes régions sont en général citées comme étant les zones de récifs coralliens reconnues, chacune ayant un biote quelque peu distinctif. Ceux-ci sont:

Principales régions du développement des récifs coralliens

L’Indo-Pacifique – comprend la majeure partie de l’océan Indien (à l’exclusion de la mer Rouge) et du Pacifique occidental ;

Les Caraïbes (Atlantique occidental tropical) – comprend la Floride, les Bahamas, la mer des Caraïbes proprement dite et les eaux côtières du nord-est de l’Amérique du Sud ;

La Mer Rouge – c’est une mer intracontinentale du bassin Indo-Pacifique entre l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient.

Zones mineures de développement des récifs coralliens

Dans le bassin de l’océan Atlantique, des zones plus petites et fragmentées de développement des récifs coralliens se trouvent dans l’Atlantique tropical oriental, le long de la côte est du sud du Brésil et autour de l’île des Bermudes.

Le bassin Pacifique abrite des petites poches similaires de développement récifal limité dans le Pacifique oriental, au large de l’ouest de l’Australie et au large du sud du Japon.

Pour la plupart, ces zones se situent aux limites extrêmes des tolérances écologiques et physiologiques des coraux durs, où les conditions environnementales ne sont que partiellement capables de supporter une fraction des espèces de coraux durs présentes dans les deux principales régions de développement récifaux.

Le récif, cet écosystème

Les récifs sont les grandes villes de la mer. Ils existent parce que la croissance des coraux correspond ou dépasse la mort d’autres coraux. Imaginez comme une course entre des machines de construction (nouveau squelette de corail) et des machines de démolition (les organismes qui tuent les coraux et détruisent leurs squelettes).

Prédateurs

Poisson prédateur de corail
Poisson prédateur de corail

Lorsque les coraux sont des bébés (des larves) flottant dans le plancton, ils peuvent être mangés par de nombreux animaux. Ils sont moins bons une fois qu’ils s’installent et construisent un squelette, mais certains poissons, vers, escargots et étoiles de mer se nourrissent de coraux adultes. Les étoiles de mer à épines sont des prédateurs particulièrement voraces dans de nombreuses parties de l’océan Pacifique. Les explosions de population de ces prédateurs peuvent entraîner la couverture d’un récif par des dizaines de milliers de ces étoiles de mer, la plupart des coraux étant tués en moins d’un an.

Les coraux doivent aussi s’inquiéter des concurrents. Ils utilisent les mêmes nématocystes qui attrapent leur nourriture que pour piquer d’autres coraux pour la conquête du territoire et il faut tenter de les tiennent à distance. Les algues sont un concurrent particulièrement dangereux, car elles poussent généralement beaucoup plus vite que les coraux et peuvent contenir des produits chimiques dangereux qui blessent le corail.

Symbioses ?

symbiose de corail et crabe
symbiose de corail et crabe

Les coraux ne doivent pas compter uniquement sur eux-mêmes pour leurs défenses, car les mutualismes et symbioses (relations bénéfiques) abondent sur les récifs coralliens. Le partenariat entre les coraux et leurs zooxanthelles est l’un des nombreux exemples de symbiose, où différentes espèces vivent ensemble et s’entraident. Certaines colonies de coraux ont des crabes et des crevettes qui vivent dans leurs branches et défendent leur maison contre les prédateurs coralliens avec leurs tenailles. Un type de gobie mâche une algue particulièrement agressive, et en profite même en devenant plus toxique lui-même.

Une richesse sans égal

Des histoires comme ça, il y en a des milliers. Ce qu’il faut imaginer c’est que cette zone représente moins de 0,015% de l’océan. Pourtant, les récifs coralliens abritent plus de 25% de la biodiversité de l’océan. Les récifs sont donc des zones fragiles et riches.

Animal, végétal ou minéral ?

Corail sauvage sur le récif
Corail sauvage sur le récif

Les coraux ainsi que les anémones de mer sont de la même famille, et ils partagent tous la même structure simple, le polype. Le polype est comme une boîte ouverte à une extrémité : l’extrémité ouverte a une bouche entourée d’un anneau de tentacules. Les tentacules ont des cellules urticantes, appelées nématocystes, qui permettent au polype des coraux de capturer de petits organismes qui nagent trop près. À l’intérieur du corps du polype, il y a des tissus digestifs et reproducteurs. Les coraux durs se distinguent des anémones de mer par la production d’un squelette minéral.

Les coraux d’eau peu profonde qui vivent dans l’eau chaude ont souvent une seconde source de nourriture, les zooxanthelles. Ces algues unicellulaires synthétisent et transmettent une partie de la nourriture qu’elles produisent à leurs hôtes à partir de l’énergie du soleil, et en échange, l’animal donne des nutriments à l’algue. C’est cette relation qui permet aux coraux d’eau peu profonde de se développer rapidement pour construire les énormes structures que nous appelons les récifs. Les zooxanthelles définissent également une grande partie de la couleur des coraux.

Diversité corallienne

Coraux constructeurs de récif
Coraux constructeurs de récif

Dans les « véritables » coraux constructeurs, qui composent la plupart des récifs tropicaux, chaque polype est inscrit dans une structure faite de carbonate de calcium. Les coraux durs sont les plus importants constructeurs de récifs. Il y a aussi des coraux qui utilisent des matériaux plus flexibles ou de minuscules tiges rigides pour construire leurs squelettes, on va les retrouver sous les appellations coraux mous et gorgones.

L’arbre généalogique des animaux que nous appelons coraux est compliqué, et certains groupes sont plus proches les uns des autres que d’autres. Tous sauf les coraux de feu (nommés pour leur forte piqûre) sont des anthozoaires, qui sont divisés en deux groupes principaux. Les hexacoralliaires (y compris les vrais coraux durs et les coraux noirs, ainsi que les anémones de mer) ont des tentacules lisses, par multiples de six, et les octocoralliaires (coraux mous, …) ont huit tentacules, chacun qui a de minuscules branches qui courent le long des côtés. Tous les coraux sont dans la famille (classe) des Cnidaires, la mêmes que les méduses.

Pour les amateurs de classification

Les Hexacoralliaires sont répartis en 6 ordres principaux :

  • Antipathaires ;
  • Cérianthaires ;
  • Zoanthides ;
  • Actiniaires ;
  • Scléractiniaires ;
  • Corallimorphaires.

Autant dire que les variétés d’animaux possibles est énorme, et la classification n’est pas simple, aux premiers abords. Il faudra du temps et de la pratique pour arriver a maîtriser la totalité des noms possibles.

Voyons en détail ceux que nous hébergeons.

Les coraux mous

sarcophython un corail mou
sarcophython un corail mou

Les coraux mous se réfèrent aux organismes de la classe Octocorallia, qui comprend les gorgones, les plumes de mer et les coraux bleus. Ces coraux ont un aspect souple, parfois coriace.

Les polypes des coraux mous ont huit tentacules plumeux, ce qui explique pourquoi ils sont également connus sous le nom d’octocorales.

Une façon de faire la différence entre les coraux mous et les coraux durs est que les polypes des coraux durs ont six tentacules qu’ils sont lises.

Classification :

Règne: Animal

Embranchement : Cnidaires

Classe: Anthozoaires

Sous classe: Octocoralliaires

Ordres:

  • Alcyonacea (gorgones, plumes de mer)
  • Helioporacea (coraux bleus)
  • Pennatulacea

Habitat et distribution

Les coraux mous sont présents dans le monde entier, principalement dans les eaux tropicales ou subtropicales. Les coraux mous ne produisent pas de récifs mais peuvent en vivre. Ils peuvent également être trouvés dans la mer profonde.

Alimentation :

Les coraux mous peuvent se nourrir pendant la nuit ou le jour. Ils utilisent leurs nématocystes (cellules urticantes) pour piquer le plancton qui passe ou d’autres petits organismes, qu’ils transmettent à leur bouche.

La reproduction:

Les coraux mous peuvent se reproduire sexuellement et asexuellement.

La reproduction asexuée se produit par bourgeonnement lorsqu’un nouveau polype se développe à partir d’un polype existant. La reproduction sexuée se produit lorsque des spermatozoïdes et des ovules sont libérés lors d’une ponte massive, ou en incubant, lorsque seuls des spermatozoïdes sont libérés, et que ceux-ci sont capturés par des polypes femelles avec des œufs. Une fois l’œuf fécondé, une larve est produite et finit par se déposer au fond.

La reproduction asexuée se produit par la division, dans laquelle un polype se divise en deux, ou en bourgeonnement quand un nouveau polype se développe hors du côté d’un polype existant. Les deux méthodes aboutissent à la création de polypes génétiquement identiques.

Les coraux durs

Favia un corail dur
Favia un corail dur

Les coraux constructeurs de récifs, également appelés coraux durs (par opposition aux coraux mous, comme les gorgones), sont les 11constructeurs de récifs du monde corallien.

Classification :

Règne: Animal

Embranchement : Cnidaires

Classe: Anthozoaires

Ordre: Scleractinaires

Selon le Registre mondial des espèces marines (WoRMS), il existe plus de 3 000 espèces de coraux durs.

Habitat et distribution

Les coraux ne sont pas toujours là où vous pensez qu’ils seraient. Bien sûr, beaucoup de coraux construisant des récifs sont des coraux d’eau chaude – limités aux zones tropicales et subtropicales où l’eau est salée, chaude et claire.

Les coraux poussent réellement plus vite quand ils ont plus d’accès au soleil. Ils peuvent construire de grands récifs comme la Grande Barrière de Corail dans les eaux plus chaudes.

Ils peuvent être trouvés dans le monde entier.

Alimentation :

La plupart des coraux durs se nourrissent la nuit, étendant leurs polypes et utilisant leurs nématocystes pour piquer le plancton ou le petit poisson qui passe à leur bouche. La proie est ingérée et tout déchet est expulsé par la bouche.

La reproduction:

Ces coraux peuvent se reproduire sexuellement et asexuellement.

La reproduction est similaire a celle des coraux mous.

Sources: